La Ferrari Junior Academy toujours bredouille après des années d'or

Column

28 novembre à 10:07
Dernière mise à jour 30 novembre à 12:08
  • GPblog.com

La Ferrari Junior Academy a eu accès aux meilleurs pilotes des classes juniors ces dernières années, mais avec le départ de Mick Schumacher, très peu de pilotes ont fini par percer. Qu'est-ce qui a mal tourné pour l'académie italienne ?

Programmes d'entraînement de la F1

Presque chaque équipe de Formule 1 a son propre programme de formation. Même Williams, l'équipe situé en bas du championnat des constructeurs, promeut son propre junior Logan Sargeant en 2023. Red Bull est un exemple pour beaucoup, avec un énorme programme junior, sa propre équipe B et une équipe au sommet. L'échelle idéale du sport automobile pour les jeunes talents s'avère encore difficile à reproduire.

Mercedes a réussi à préparer George Russell de manière similaire et Ferrari a également réussi à former Charles Leclerc grâce à une année intermédiaire chez Alfa Romeo. Ce sont les talents exceptionnels qui percent, mais là où Red Bull a de la place pour de nombreux talents, Ferrari a de plus en plus de mal à ne pas avoir le contrôle de ses équipes B.

Haas et Alfa Romeo comptent comme des équipes B de Ferrari, mais les deux équipes ne sont en réalité que des clients de Ferrari. Des accords comme celui de Haas avec Mick Schumacher et celui d'Alfa Romeo avec Antonio Giovinazzi permettent d'obtenir une réduction sur un moteur Ferrari, mais ce n'est pas sacro-saint pour les équipes clientes. À la fin, après tout, elles doivent être performantes, alors il n'y a pas de patience angélique comme AlphaTauri.

Giovinazzi, par exemple, a déjà été mis de côté en tant que talent de Ferrari pour Guanyu Zhou. Le pilote chinois a rapporté plus d'argent et l'Italien s'est déjà montré incapable de prendre l'équipe par la main. C'est pourquoi Valtteri Bottas a été engagé comme pilote de tête. Chez Haas, nous voyons maintenant la même chose, où Schumacher est mis de côté pour le vétéran Nico Hulkenberg.

Les lumières dorées de Ferrari

En 2020, les quatre premiers du championnat de Formule 2 étaient composés de trois talents de Ferrari. Mick Schumacher a eu sa chance chez Haas en tant que champion, mais Callum Ilott a été laissé à lui-même. Le numéro quatre de ce championnat, Robert Shwartzman, ne s'est pas non plus vu offrir une place permanente en F1 malgré plusieurs essais pour Ferrari. C'est un grand contraste avec le numéro trois de cette année-là, Yuki Tsunoda, qui a depuis bénéficié de toute la confiance d'AlphaTauri et a été autorisé à rester même après des accidents.

Ainsi, un lot important de talents a été perdu chez Ferrari. Les équipes dites B sont là, mais de plus en plus, l'accent est mis sur la qualité et l'expérience dans ces équipes aussi. Les points doivent être apportés par le milieu et ce n'est pas une recrue qui va fournir cela. Ferrari devra donc chercher un partenariat plus étroit si elle veut pouvoir former des talents plus longtemps.

Schumacher, Ilott, Shwartzman et Giovinazzi ont tous obtenu de bons résultats dans les classes de montée en puissance et n'ont eu que peu ou pas de chance en F1. Schumacher semble se diriger vers Mercedes, Ilott vers l'Amérique et l'avenir de Shwartzman et Giovinazzi est encore inconnu.

Pour les talents en devenir, cela ne signifie pas grand-chose de bon. Oliver Bearman a terminé troisième en Formule 3 lors de sa saison de débutant et, comme en F3, il courra aussi pour l'équipe Prema en 2023, mais en Formule 2. À seulement 17 ans, le Britannique est considéré comme un grand talent, mais avec des sièges occupés chez Alfa Romeo (qui deviendra bientôt Audi) et Haas, la question est de savoir où Ferrari voit son avenir.

On peut se demander la même chose à propos d'Arthur Leclerc. Le frère cadet de Charles a été déçu lors de sa deuxième saison de F3, terminant sixième du championnat, et à 22 ans, le temps presse. Il pilotera pour l'équipe F2 de DAMS en 2023 et espère aussi qu'une porte s'ouvrira quelque part.

S'entraîner pour la compétition

Un programme de formation pour les équipes de F1 est une bonne idée et les vrais grands talents auront toujours leur chance. La question est de savoir si une équipe de haut niveau sera réellement capable d'encadrer un talent un peu moins doué, sans avoir sa propre équipe B. On ne peut pas reprocher à une petite équipe comme Haas de ne pas être patiente avec Schumacher, mais pour un programme de formation, c'est désastreux.

Ferrari finira par perdre Alfa Romeo comme client au profit d'Audi, et avec Haas, il ne reste plus qu'une seule équipe. L'équipe américaine a montré sa propre volonté et Ferrari doit donc réfléchir à ce qu'elle veut avec son programme de formation. Si tu n'as pas de place pour les talents en F1, tu dois soit leur donner une place chez Ferrari même (ce qui n'est certainement pas conseillé), soit les prêter ou les laisser partir pour d'autres équipes. Dans ce dernier cas, cependant, tu t'entraînes alors pour la compétition et cela ne semble pas être le but d'avoir son propre programme de formation.