La FIA va renforcer la procédure pour le droit de regard en F1

F1 News

La FIA va renforcer la procédure de droit de regard en F1
13 novembre à 10:32
  • GPblog.com

La FIA aurait l'intention de renforcer la réglementation autour de la procédure du droit de regard. Au cours de la saison de Formule 1, les équipes ont exercé ce droit à plusieurs reprises, la protestation de Haas concernant le Grand Prix des États-Unis en étant l'exemple le plus récent.

La FIA veut rendre la procédure relative au droit de regard plus difficile

Actuellement, les équipes de F1 disposent de 14 jours pour demander un droit de regard (également appelé droit de révision). Récemment, Haas F1 a invoqué ce droit juste avant la fin de ce délai, menaçant de changer le résultat du GP des États-Unis après deux semaines. Red Bull Racing, Williams et Aston Martin ont tous été pris à partie par la FIA, mais les commissaires ont rejeté l'appel de Haas.

Selon Motorsport.com, l'instance dirigeante aurait l'intention de raccourcir la période au cours de laquelle une révision peut être demandée de 14 à quatre jours. Les équipes disposeront ainsi de beaucoup moins de temps pour rassembler les preuves nécessaires à la réouverture d'un dossier. En outre, une taxe de 6 000 euros serait introduite, alors qu'il n'y a actuellement aucun coût associé à la procédure. Toutefois, les frais seraient remboursés si les commissaires se prononçaient en faveur du demandeur.

Plusieurs écuries de F1 ont demandé le droit de révision

La FIA aurait évoqué ce projet avant même la dernière demande de Haas. On peut supposer que cela est dû à l'augmentation du nombre de demandes de révision de la part des équipes de F1. Par exemple, Aston Martin, Ferrari et McLaren ont fait appel au droit de révision au cours de la saison actuelle.

Aston Martin a été la seule équipe à obtenir gain de cause : Fernando Alonso a récupéré son podium au GP d'Arabie saoudite après qu'il lui ait été retiré en raison d'une pénalité de temps de 10 secondes. Les commissaires ont jugé qu'Aston Martin avait présenté suffisamment de nouvelles preuves et ont également donné raison à l'équipe concernant la pénalité, jugée injustifiée.