Ferrari souffre d'avoir voulu être trop italienne

F1 News

Ralf Schumacher sur la dynamique interne de Ferrari
28 mars à 17:03
Dernière mise à jour 28 mars à 18:09
  • GPblog.com

Ralf Schumacher pense que Ferrari se met des bâtons dans les roues en se concentrant trop sur le caractère italien de l'équipe. Dans une interview accordée à Auto Bild, l'ancien pilote de F1 évoque la situation actuelle de l'écurie avec laquelle son frère Michael a connu un succès sans précédent.

Cela fait maintenant 15 ans que Ferrari est à la recherche d'un nouveau titre. L'année dernière, l'équipe a d'abord été en mesure de rivaliser avec Red Bull, mais au fil de la saison, Ferrari a dû accuser des pertes. Cette année, l'écurie italienne semble avoir encore reculé : non seulement Red Bull, mais aussi Mercedes et Aston Martin devancent Ferrari au championnat.

Selon Schumacher, le problème est lié à la politique interne de l'équipe. "Je pense qu'ils souffrent encore de l'annonce de l'ancien président Sergio Marchionne, qui a déclaré qu'une équipe entièrement italienne était le credo de Ferrari. La nationalité ne devrait pas compter, mais la qualité. La grande force de l'époque réussie avec mon frère, c'est qu'il y avait une compétence sans précédent dans cette équipe. Mon frère, Jean Todt, Ross Brawn, le designer Rory Byrne. Il était important de leur donner toute la liberté dont ils avaient besoin".

Vasseur, premier non-Italien depuis Jean Todt

Avec Frédéric Vasseur à la barre, Ferrari a cette année un chef d'équipe qui n'est pas italien pour la première fois depuis 2007. Selon Schumacher, il s'agit d'une évolution positive, même s'il est certain qu'elle ne portera pas encore ses fruits cette année.

"Le prédécesseur de Vasseur, Mattia Binotto, était trop proche de Ferrari pour pouvoir faire les bons choix ", explique Schumacher. "Vasseur a appris le sport automobile par lui-même. Il a les compétences nécessaires pour tirer le meilleur parti de chaque employé. Mais je ne pense toujours pas qu'ils seront en lice pour le championnat. Même si j'aimerais qu'ils le soient, à cause de l'excitation qu'ils suscitent".