General

Toujours aucun pilote italien en F1, mais il y a peut-être de l'espoir

Toujours aucun pilote italien en F1, mais il y a peut-être de l'espoir

24 novembre - 08:05 Dernière mise à jour: 12:44
0 Commentaires

GPblog.com

Avec l'annonce de Nico Hulkenberg par Haas et de Logan Sargeant par Williams, toutes les places sur la grille ont été remplies. Une fois de plus, cependant, il n'y aura pas de pilote italien au début de la nouvelle saison de Formule 1. GPblog fait le point sur la situation et examine les perspectives d'avenir.

Il y a beaucoup de présence italienne mais pas chez les pilotes

Dans le calendrier de la prochaine saison de Formule 1, il y aura deux courses en Italie, Monza et Imola. En 2020, il y en avait même une troisième, Mugello. Cela démontre la grande attention de la Formule 1 pour l'Italie, également grâce à l'énorme bassin de fans qu'elle apporte.

Même dans la liste des équipes, on retrouve beaucoup d'Italie, avec pas moins de trois équipes italiennes : Ferrari, AlphaTauri et (partiellement) Alfa Romeo. De plus, Ferrari fournit également des moteurs à Haas. La Scuderia di Maranello est d'ailleurs l'une des équipes historiques de la Formule 1, l'une des plus soutenues et elle est présente depuis la première édition du championnat du monde.

Malgré ces prémisses, le nombre de pilotes italiens en Formule 1 sera nul, et il en a été ainsi cette année encore. Non pas que ce soit mieux les années précédentes, puisque seul Giovinazzi a défendu les couleurs italiennes en 2017 et de 2019 à 2021. La dernière pole position d'un Italien remonte à 2009, Fisichella à Spa, tandis que la dernière victoire remonte à 2006, toujours Fisichella en Malaisie, il y a maintenant 16 ans.

Pilotes italiens en Formule 1

Le susnommé Giovinazzi est même le seul pilote italien à avoir participé à des Grands Prix depuis 2012. Avant lui, la dernière fois, c'était en 2011 par Jarno Trulli et Vitantonio Liuzzi, qui ont toutefois défendu les couleurs de deux équipes de seconde zone, Team Lotus et HRT.

Si nous essayons d'élargir le tableau pour inclure les pilotes de réserve, nous ne trouvons que trois autres noms en plus de celui de Giovinazzi dernièrement. Le premier dans l'ordre chronologique est Luca Ghiotto, qui a fait des essais pour Williams en 2017, mais est ensuite resté en Formule 2, où il détient plusieurs records, principalement en raison du nombre de courses auxquelles il a participé. À 27 ans, il n'est plus un jeune espoir, et l'année dernière, il s'est principalement consacré à des courses en dehors de la pyramide des séries de Formule.

Plus récemment, en 2021, les noms d'Antonio Fuoco et Davide Rigon, tous deux pilotes d'essai de Ferrari, apparaissent. Le premier, classe 96, n'a pas été un pilote régulier dans une Formule depuis 2018 et a couru dans le Championnat du monde d'endurance en 2022. Rigon, quant à lui, a 10 ans de plus et a participé aux dernières 24 Heures du Mans avec Fuoco.

À la recherche de talents

Peut-être y a-t-il donc une perle cachée dans les catégories immédiatement inférieures à la Formule 1 ? Si l'on regarde la Formule 2, cependant, le tableau est tout aussi sombre. Au cours de la saison qui vient de s'achever, un seul pilote italien a pris la piste, et il l'a fait sur un seul circuit. En fait, Luca Ghiotto, que nous avons mentionné plus tôt, a pris la piste pour DAMS à Monza en tant que remplaçant, récoltant une treizième place et un abandon.

En descendant d'un cran, dans le championnat du monde de Formule 3, nous trouvons quelques autres noms. Francesco Pizzi a couru toute la saison pour Charouz, récoltant un point à Imola, le seul de son équipe pendant la saison. Pizzi est arrivé en Formule 3 après seulement deux ans en Formule 1, au cours desquels il a réalisé de bonnes performances, notamment dans la F4 italienne. À ses côtés à Charouz, Alessandro Famularo n'a couru qu'un seul Grand Prix. Né en 2003 au Venezuela, il court avec une licence italienne et n'a jusqu'à présent remporté qu'une seule course en Formule 4.

Dans la même catégorie, on trouve aussi Enzo Trulli, le fils de Jarno, qui a marqué zéro point avec sa Carlin, faisant pire que ses deux coéquipiers. Trulli a 17 ans et a remporté un championnat de Formule 4 des Émirats arabes unis en 2021, comme Pizzi l'année précédente. En Formule 3, nous trouvons aussi Federico Malvestiti, qui a cependant 22 ans. Lui aussi a zéro point avec Jenzer, le pire des trois pilotes de l'équipe suisse.

Si l'on regarde plutôt le Régional européen de F3, qui voit déjà une plus grande présence d'Italiens, il y a deux noms qui ressortent, deuxième et huitième au classement final. Le premier est Gabriele Minì, 17 ans, qui court pour ART et a comme manager Nicolas Todt, le fils de Jean et aussi l'agent de Leclerc. En 2020, Minì a été le plus jeune à remporter la F4 italienne. Le deuxième est Leonardo Fornaroli, 18 ans, qui court plutôt pour Trident.

Un nouvel espoir

En descendant en Formule 4, cependant, nous trouvons ce qui est peut-être le plus grand espoir du sport automobile italien : Andrea Kimi Antonelli. Âgé de 16 ans, originaire de Bologne, il a remporté la saison dernière les championnats d'Italie et d'Allemagne de Formule 4 avec Prema - pour sa première saison complète dans la catégorie -, et l'année prochaine il courra à nouveau en Formule Régionale avec l'équipe Prema. Depuis 2018, il fait aussi partie de l'académie Mercedes.

Interviewé par GPBlog, Antonelli explique que l'objectif pour l'année prochaine est d'essayer de gagner également dans la catégorie supérieure. "L'objectif est, comme toujours, d'essayer de gagner, mais je pense qu'il est aussi important d'apprendre, d'acquérir encore plus d'expérience et d'apprendre encore plus, sur et en dehors de la piste", explique Antonelli, qui espère ainsi se rapprocher de son rêve - et de celui de nombreux fans italiens - d'accéder à la Formule 1. "Si je parviens à y arriver, après cela, mon objectif serait de devenir un champion.

En Formule Régionale, cependant, il ne retrouvera pas Minì, qui courra en F3 en 2023. Les deux sont peut-être les plus grands talents italiens, et c'est aussi le nom qu'Antonelli donne quand on lui demande qui l'a le plus impressionné jusqu'à présent parmi ses collègues italiens. "J'ai couru contre lui dans le passé en karting, mais nous ne nous sommes jamais vraiment affrontés, car comme il a un an de plus, il était difficile pour nous de nous rencontrer. Mais je pense que c'est aussi un pilote très fort.

Antonelli ne peut pas non plus expliquer pourquoi il y a un manque de pilotes italiens dans les grandes séries. "Honnêtement, je ne sais pas pourquoi, je ne pourrais pas te le dire. Mais c'est certainement regrettable, car comme je l'ai déjà dit, il y a un manque de pilotes italiens" Le pilote Prema espère cependant que les choses pourront changer à l'avenir. Ce serait bien d'être le prochain pilote italien en Formule 1", dit-il. Tous les fans italiens de Formule 1 l'espèrent aussi, en espérant voir à nouveau un Italien sur la plus haute marche du podium, une émotion qui a disparu depuis l'année de naissance d'Antonelli, 2006.

Lecteur vidéo

Plus de vidéos