F1 News

Le temps presse pour 2030 : F1, expérimentez maintenant !

Le temps presse pour 2030 : F1, expérimentez maintenant !

23 septembre - 11:27
0 Commentaires

GPblog.com

Le calendrier 2023 de la F1 a été annoncé et le calendrier des déplacements du prochain championnat, avec un nombre record de courses, ressemble au chaos une fois de plus cette année. La question est de savoir si ce calendrier de voyages est compatible avec les plans de la F1 visant à réduire drastiquement les émissions de CO2 du sport.

La F1 sillonnera le monde en 2023

La visualisation de l'itinéraire de la F1 de l'année prochaine sur la page internationale GPBlog Instagram a suscité des réactions perplexes. Le chaos vu sur la carte du monde a soulevé des questions légitimes, à savoir s'il n'y a pas une meilleure façon pour le sport de parcourir le monde. Il est également frappant pour les fans de F1 de voir la Formule 1 faire le tour complet du continent africain. Mais la principale question à se poser est de savoir comment la Formule 1 prévoit de combiner ce calendrier avec la Stratégie de durabilité de la F1. Ce plan porte le titre : Compte à rebours vers zéro. Dont l'objectif est d'être neutre en carbone en tant que sport d'ici 2030.

Nous avons d'abord mis en perspective les distances de l'année prochaine. La carte ci-dessous montre les déplacements de la F1, et les diapositives suivantes montrent également les distances que la F1 parcourra d'un circuit à l'autre (d'une voie des stands à l'autre à vol d'oiseau). Au total, le sport parcourra la distance impressionnante de 133 735 kilomètres l'année prochaine, sans compter les voyages de retour à l'usine ou à la maison. Le plus long voyage effectué par la F1 va de Las Vegas à la finale de la saison à Abu Dhabi et représente un trajet de 13 209 kilomètres. La longueur de ce voyage n'est pas une exception, car le voyage du Qatar aux États-Unis, qui a lieu quelques semaines plus tôt, fait également plus de 13 000 kilomètres. Pas moins de cinq fois, la F1 fera un voyage de plus de 10 000 kilomètres.

La F1 semble sillonner le monde entier. Même à la mi-saison, lorsque les courses européennes ont lieu et que les distances sont beaucoup plus courtes, la Formule 1 traverse le continent de manière encombrante. Regarde les courses de Grande-Bretagne, de Hongrie et de Belgique qui se suivent dans cet ordre. Quatre fois seulement, moins de mille kilomètres sont parcourus au cours de la saison de 24 courses de F1. La distance la plus courte est entre le GP de Belgique et le GP des Pays-Bas, mais comme la pause estivale tombe entre les deux l'année prochaine, il est tout à fait concevable que les équipes apportent d'abord beaucoup d'équipement au siège avant de le transporter aux Pays-Bas.

La F1 peut tirer le plus de "gains de CO2" du calendrier

La raison de la surprise concernant le calendrier des déplacements et la raison pour laquelle il est nécessaire d'y prêter attention est que les déplacements de la Formule 1 laissent la plus grande empreinte sur les émissions du sport. Le rapport de durabilité de la F1 a utilisé les données de 2018 ; une saison de 21 courses. Au cours de cette saison, un énorme 45 % du total de 256 551 tonnes d'émissions de CO2 provenait de la logistique de la F1. Ce pourcentage comprend uniquement les fournitures nécessaires aux équipes et à la Formule 1 pour conduire/organiser les courses et les installations du paddock. La partie voyage d'affaires, journalistique et récréative n'a pas encore été incluse. Ce groupe représente également 27,7 % des émissions.

Il semble donc que c'est en réduisant les distances entre les courses qu'il y a le plus à gagner en termes de réduction des émissions de CO2. Après tout, 72,7 pour cent des émissions totales de la Formule 1 sont liées à sa nature itinérante. À cet égard, il devrait être clair que les déplacements sont inhérents au sport, mais la Formule 1 pourrait s'y attaquer plus intelligemment. Bien que le sport préconise ouvertement une transition vers un carburant plus renouvelable et des moteurs électriques durables, la F1 ne semble pas s'être engagée sur une voie beaucoup plus durable avec l'annonce de ce calendrier 2023 par rapport à l'itinéraire de la saison actuelle. Ceci alors que les émissions provenant des sources d'énergie des voitures de F1 n'ont contribué qu'à 0,7 % des émissions totales de CO2 de la F1 en 2018.

On s'attendait donc, au vu des objectifs de 2030, à ce que l'organisation de la F1 présente un plan amélioré. Avec sept saisons à venir après 2023, il est particulièrement nécessaire de gagner sur les émissions de CO2 d'ici 2030. Il était en fait nécessaire que la F1 commence à expérimenter le calendrier l'année dernière. Pour l'instant, la seule expérience que nous avons vue est celle des doubles courses ; deux courses organisées deux week-ends de suite sur le même circuit, comme cela s'est produit en Autriche. Les principales raisons de cette expérience étaient les restrictions de corona en place dans le monde entier. En 2022, nous n'avons pas revu cette construction.

Le temps presse : F1, expérimente maintenant !

Recommander ce qui doit être amélioré sur le calendrier s'avère difficile. Il faut dire avec cette histoire que l'élaboration d'un calendrier mondial doit être faite très soigneusement, car toutes les variables qui pourraient faire qu'un événement ne se déroule pas doivent être estimées correctement. Avec un scénario hypothétique où la Formule 1 déplacerait tout Grand Prix de la gauche de la carte vers la droite pendant l'année (les distances de voyage les plus courtes), il faut tout d'abord tenir compte des températures et de la possibilité d'y courir. Un début de saison sur les continents américains pourrait causer des problèmes avec le Grand Prix du Canada, car il pourrait faire trop froid pour une course là-bas au printemps. En Europe aussi, il peut être trop froid ou pluvieux au printemps et en automne. Au Moyen-Orient, il fait à nouveau trop chaud en été et en Asie, les saisons des pluies doivent être prises en compte.

La Formule 1 doit également tenir compte des phénomènes culturels et des fêtes nationales des lieux et des pays où les courses auront lieu ; pense au mois du Ramadan, par exemple. Il y a donc de nombreuses questions qui font qu'il est pratiquement impossible pour la Formule 1 de simplement choisir les trajets les plus courts au cours de la saison. Enfin, les contrats en place avec certains circuits jouent également un rôle ; comme le contrat avec Abu Dhabi, dans lequel il a été convenu que le complexe Yas Marina aura le droit d'accueillir la finale de la saison dans les années à venir.

Le calendrier présenté pour 2023 est - même s'il est difficile à façonner - décevant. Dans un sport technologiquement pionnier comme la Formule 1, il devrait y avoir suffisamment de matière grise et de compétences pour au moins trouver des solutions possibles et les expérimenter. Les doubles week-ends de course pourraient être réintégrés dans le calendrier. Une autre idée intéressante est de diviser la saison de F1 en chapitres par continent. Par exemple, la ligue de basket-ball américaine, la NBA, régule également les déplacements en mettant les équipes des villes proches les unes des autres dans une même ligue et en les faisant s'affronter plus souvent que les équipes éloignées les unes des autres. Permettre aux courses de certaines parties du monde de se dérouler l'une après l'autre à une certaine période, lorsque cela correspond bien au climat et à la structure sociale, pourrait rendre le calendrier des déplacements de la F1 plus efficace. Cela permettrait potentiellement d'étaler une saison davantage sur toute l'année, mais avec des pauses plus longues entre les deux pour les équipes et les pilotes.

Comme le temps presse, la Formule 1 devra vraiment expérimenter tant que Liberty Media voudra avoir autant de Grands Prix au calendrier. À moins qu'ils ne prennent pas le message d'être neutre en CO2 d'ici 2030, le fameux Compte à rebours vers zéro, si sérieusement après tout.

Lecteur vidéo

Plus de vidéos