Marko a vu un Verstappen "grincheux" : "Il a dû faire trop d'activités PR"

F1 News

helmut marko sur les problèmes de freinage, red bull et max verstappen
24 octobre à 08:52
  • GPblog.com

À maintes reprises, des jurons ont retenti dans le cockpit de Max Verstappen. Bien que le Néerlandais se soit dirigé vers une victoire (à l'arraché) au Grand Prix des États-Unis dimanche, il était loin d'être satisfait de sa Red Bull. Des problèmes de freins ont empêché Verstappen de conduire comme il le préférait.

Après le Grand Prix, le Telegraph rapporte qu'il y a eu un long débriefing chez Red Bull Racing. Plus d'une heure, ce qui est très inhabituel après une course qu'ils venaient de gagner. On a parlé des problèmes de la RB19, qui était plus haute sur la route que d'habitude sur le circuit des Amériques cahoteux, et bien sûr des problèmes de freinage.

Marko admire Verstappen

"Il ne pouvait pas conduire de manière cohérente, car lorsqu'il freinait, il devait attendre et voir ce qui allait se passer", a déclaré Helmut Marko à propos du Grand Prix des États-Unis. "Cela a rendu les choses très difficiles pour Max. Mais ensuite, il a quand même réussi à ne pas faire de faux pas. Qu’il conserve un pilotage incroyablement fort à Hamilton dans ces conditions est incroyable. Je pense que c'était sa meilleure course de l'année."

Pendant la course, Verstappen a régulièrement réagi de manière irritante avec son ingénieur Gianpiero Lambiase. Ce dernier est parti à l'aéroport presque immédiatement après la course. Cela a d'ailleurs été discuté au préalable : Lambiase passe du temps chez lui avec sa famille jusqu'au début du week-end au Mexique. La pétulance de Verstappen n'a rien à voir avec cela.

En fait, Marko a noté que Verstappen était "un peu grincheux" tout au long du week-end. "Je pense qu'il a dû faire trop d'activités PR, ce qui n'est pas ce qu'il préfère faire", a déclaré Marko en riant. Une chance pour Verstappen : au Mexique le week-end prochain, l'équipe marketing se concentrera principalement sur le pilote maison Sergio Perez.