Mediabank Formula E | Sam Bagnall

General

Quelles sont les leçons à tirer après le premier ePrix de la saison ?

Quelles sont les leçons à tirer après le premier ePrix de la saison ?

15 janvier - 18:40 Dernière mise à jour: 20:20
0 Commentaires

GPblog.com

Prudemment, sa performance n'était pas sans rappeler celle de Max Verstappen. Jake Dennis a conduit pendant l'ePrix du Mexique comme le champion du monde néerlandais l'a souvent fait la saison dernière en Formule 1: prendre la tête avec un dépassement parfait, puis prendre une belle avance, la perdre à cause d'une voiture de sécurité, pour s'épuiser à nouveau considérablement.

Bien sûr, il est encore tôt dans la saison. Pourtant, Dennis, qui court pour l'équipe de Michael Andretti, a montré qu'il fallait compter avec lui cette année. Dans une saison qui a commencé sans favori clair, Dennis s'est instantanément catapulté comme un prétendant au titre.

Gen3

L'ePrix de Mexico était le premier avec les voitures Gen3. Le verdict général - et encore, une seule course a été disputée - est qu'il n'y a pas eu d'amélioration en termes de visionnage. Alors que la Formule E a toujours été connue pour ses nombreux changements de position, les dépassements se sont avérés beaucoup plus difficiles avec les voitures de nouvelle génération. Les pilotes ont été prévenus à l'avance qu'il était devenu plus difficile de rouler de près derrière un prédécesseur, exactement comme cela a été le cas pendant des années en Formule 1. Même avec le mode attaque, dépasser un autre était difficile.

Les voitures Gen3 ont subi une grande métamorphose. Les voitures sont plus étroites qu'avant et ont plus de puissance (de 335 à 470). La Formule E est également passée au fournisseur de pneus Hankook. Ceux-ci se sont avérés avoir moins d'adhérence que les Michellin de l'année dernière, bien que les pneus soient maintenant plus durables. En tout cas, cela a fait glisser davantage les voitures.

Direction plus lourde

Oliver Rowland - qui a vécu un week-end catastrophique dans sa Mahindra - a également confié en exclusivité à GPblog que garder les voitures de nouvelle génération sur la piste est devenu beaucoup plus difficile. "Le grand changement est la physicalité de la voiture du point de vue du pilote" , a déclaré Rowland. "C'est assez physique, la direction est très lourde, je pense qu'avec les pneus et le groupe motopropulseur avant, cela a un peu changé cette caractéristique et c'est quelque chose que, je pense, la plupart d'entre nous sont descendus à la salle de sport pour essayer d'avoir des bras un peu plus forts."

Rowland admet honnêtement que l'entraînement dur comme le roc n'était pas nécessaire pour conduire une voiture de Formule E pendant des années. Une indication de cela a été donnée l'année dernière par Nyck de Vries à Monza. Bien qu'il soit champion en titre de Formule E à l'époque, le Néerlandais est sorti de la Williams complètement brisé après son incursion en Formule 1. "Quand tu arrêtes de faire de la F1 ou de la F2, tu sais, de façon réaliste, la perspective d'entraînement pour la Formule E ces dernières années n'était pas vraiment nécessaire, alors que je pense que ça va être un peu un élément pour les pilotes maintenant qui vont de l'avant qu'ils doivent être aussi forts que possible pour se déplacer au volant de la voiture", a dit Rowland.

Les accidents graves - que l'on craignait - ont été épargnés aux pilotes au Mexique. Lors de la prochaine course en Arabie Saoudite, de nouvelles réglementations devraient déjà être en place pour prévenir à l'avance un éventuel problème de freinage. Par ailleurs, celui qui ne semble pas être au départ alors est Robin Frijns. Dans un accident lors de la première manche de l'ePrix, le Néerlandais s'est cassé le poignet. Il s'est fait opérer au Mexique.

Lecteur vidéo

Plus de vidéos